Calendar

Sep
19
mer
Untitled @ Paris, maison de la recherche, Université de Paris IV-Sorbonne
Sep 19 @ 2:00 – 6:00

Hubert Bonin participera au jury de la soutenance d’HDR (habilitation à diriger les recherches) de Félix Torres, par ailleurs directeur de l’agence de communication institutionnelle et historique Public Histoire.
Le jury sera dirigé par Dominique Barjot et comprendra aussi Ludovic Cailluet et Alain Beltran.
La thématique portera sur la spécificité de l’histoire des entreprises françaises, sur les modes de reconstitution de leur histoire en mêlant histoire institutionnelle sur commande et histoire académique.
Félix Torres a publié plus d’une centaine d’ouvrages depuis trois décennies et soutiendra cette HDR en couronnement de sa carrière d’historien et aussi d’ethnologue des organisations.

Oct
11
jeu
Table-ronde aux Rendez-Vous de l’économie (et de l’histoire) de Blois @ Blois
Oct 11 @ 4:30 – 5:30

Les Rendez-Vous de l’économie de Blois, en parallèle avec les Rendez-Vous de l’histoire, ont accepté la proposition de table-ronde, qui sera insérée dans les débats généraux autour de « L’image ». Elle sera parrainée par l’UMR CNRS 5113 GRETHA-Université de Bordeaux.

La construction d’une image de marque, le « risque de réputation », la « notoriété » ou la communication d’entreprise, nourrissent les réflexions autour de l’identité qu’une firme veut assumer et développer, en fonction des cadres socioculturels et marchands dont elle s’est dotée. On est au cœur de « l’économie des représentations ». Le capital immatériel d’une firme est l’un des thèmes de l’histoire d’entreprise et anime les préoccupations des manageurs soucieux d’éviter toute distorsion cognitive par rapport aux réalités des activités de leur organisation et des produits qu’ils livrent aux marchés. Or l’histoire d’entreprise contribue fortement à reconstituer comment ont pris corps les stratégies de construction d’image de marque : l’enracinement de firmes d’aujourd’hui s’étire parfois jusqu’à plusieurs siècles.
Les présentations de la table-ronde concerneront :
• l’industrie : l’image de marque historique et stratégique de Saint-Gobain ;
• le monde des alcools : la construction historique de l’image de marque de Hennessy ;
• la banque de gestion de fortune (private banking) : Séduire une clientèle de haut gamme différenciée ;
• la banque commerciale de masse : l’image des femmes dans la publicité de la Société générale).
• Les prises de parole seront à la fois suffisamment approfondies et mobiles, avec de mini-exposés de huit à dix minutes, la présentation d’images en arrière-plan et des questions-réponses.

• Hubert Bonin, professeur émérite & chercheur en histoire économique, Sciences Po Bordeaux et UMR CNRS 5113 GRETHA-Université de Bordeaux.
• Marie de Laubier, directrice des relations générales de Saint-Gobain. Après avoir été conservateur à la BnF pendant 15 ans, elle rejoint Saint-Gobain en 2012 pour prendre en charge les archives du Groupe, le mécénat culturel et la Fondation. Elle a coordonné le 350e anniversaire de Saint-Gobain en 2015, qui a notamment permis la création d’une exposition virtuelle sur l’histoire du Groupe (www.saint-gobain350ans.com) et la parution d’un ouvrage.
• Marjolaine Meeschaert, archiviste, responsable du service des archives historiques de la Société générale depuis 2008, a notamment contribué à la célébration des 150 ans du groupe : pilotage des ouvrages d’histoire de Société générale, d’expositions itinérantes dans le réseau France, contribution et suivi de réalisation d’un parcours digital, d’articles, de films et autres médias internes et externes. Elle gère la conservation de fonds d’archives iconographiques importants (photographies, affiches, films publicitaires) qui permettent de préciser le rôle de l’image dans la communication bancaire. Elle participe au projet de valorisation des archives et de l’histoire des femmes dans les organisations bancaires et financières « Des femmes qui comptent » (voir le blog [https://www.desfemmesquicomptent.com/] et les comptes Twitter, Facebook et Instagram [@Femmescomptent #LesArchivesdeMarie]) en parallèle à un programme de recherche historienne.
• Thomas Mollanger, docteur en économie, UMR CNRS 5113 GRETHA-Université de Bordeaux, s’est spécialisé dans la reconstitution du capital immatériel des marques de cognac dans les années 1815-1920 – avant d’élargir le champ de ses recherches à l’ensemble de la communication commerciale et institutionnelle.

Nov
8
jeu
JOURNEE D’ETUDE BORDEAUX & LA GIRONDE EN 1918-1920 @ BORDEAUX MUSEE D'AQUITAINE
Nov 8 – Nov 9 Jour entier

La journée d’étude Bordeaux & la Gironde en 1918-1920 aura lieu au Musée d’Aquitaine, le jeudi 8 novembre après-midi et tout le vendredi 9 novembre. L’objectif est de mettre en valeur la contribution de la communauté académique, historienne et archivistique, à la commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918, depuis cette date-ci jusqu’à l’été 1920.

Il s’agit, à partir des archives, des publications déjà effectuées, des recherches en cours, de préciser quels ont été les effets immédiats de cet armistice sur la reconstruction et la reconversion des habitants et sur leur vie courante ; d’analyser le devenir des entités militaires, françaises (et coloniales) et nord-américaines ; de soupeser les mentalités et l’état de la société dans son ensemble, dans ses espaces de vie et dans ses espaces de travail (syndicats, femmes, etc.) ; de voir ce que deviennent les réfugiés des régions septentrionales et les soldats, blessés ou non, qui sont commencent à être rapatriés des fronts, tandis que les Américains embarquent à Bordeaux-Bassens.

Il faut aussi déterminer comment les institutions ont pris en compte ce tournant historique : la Mairie de Bordeaux avec le passage de Charles Gruet (1912-1919) à l’industriel Fernand Philippart, celui du préfet Bascou (1914-1919) au préfet Arnault ; le Conseil général ; les élections législatives – avec notamment le cas de Georges Mandel (maire de Soulac en 1919, conseiller général de Lesparre en 1919 et même président du Conseil général en 1920) – et enfin des entités de services publics (énergie, chemins de fer). L’étude des élections de 1919 (législatives les 16 et 30 novembre 1919 ; municipales, les 30 novembre et 7 décembre 1919 ; cantonales les 14 décembre et 21 décembre 1919) et de la presse devraient alimenter ce processus historien.

L’histoire économique pourrait être une partie prenante, avec le « retour à la normale » (port, entreprises) et le passage du vin de l’économie administrée à l’économie de marché. L’histoire sociale et sociétale doit elle aussi être considérée (grippe espagnole, transition du monde du travail féminin/masculin, luttes sociales, etc.).

L’organisateur est Hubert Bonin (GRETHA-Université de Bordeaux)

Le programme est en cours de préparation.

 

 

Nov
17
sam
CONGRES ANNUEL DE LA FHSO novembre 2018 @ BAYONNE
Nov 17 @ 9:00 – Nov 18 @ 5:15

Le congrès annuel de la Fédération historique du Sud-Ouest, qui fédère les sociétés savantes, aura lieu cette année 2018 à Bayonne, sur le thème « Les après-guerres ».

« Le prochain congrès de la Fédération Historique du Sud-Ouest, organisé avec la Société des Sciences, Lettres et Arts de Bayonne, aura lieu les 17 et 18 novembre 2018, à Bayonne et aura pour thème les Sorties de guerre. On peut consulter le site de la FHSO pour voir comment poser sa candidature pour une communication. La fiche d’inscription doit être renvoyée avant le 30 juin 2018 à la Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne (scien.lettres.arts@wanadoo.fr) ou à sa présidente, Madame Josette Pontet (jm.pontet@orange.fr).

Hubert Bonin y participera, en présentant la communication: « Le vin de Bordeaux, de l’économie administrée de guerre à l’économie de marché (1918-1920) »